Christian Perrot

MA NEF DE L'IMAGINAIRE

acceuil ... ... ... bio-bibliographie ... ... ... mes textes


FUGITIFS GALACTIQUES


Genre : Roman /Science-Fiction - Aventure/

Parution : 2016

Editeur : Lune Ecarlate

Illustration : Nathy

Relecture et Correction : Anne Ledieu

ISBN : 978-2-36976-213-3


4ème de couverture :

"Une seconde plus tôt, les deux agents photoniques dormaient paisiblement, enlacés. La seconde suivante, ils bondissaient sur leurs pieds, tels deux jumeaux réagissant à un stimulus. Avant même de songer à couvrir leur nudité, le duo s’empara de leurs armes de prédilection. Bien leur en prit!
L’unique porte explosa soudain.
Balayés en arrière par le souffle et le nuage de débris générés par la déflagration, les amants perdirent un instant leurs moyens défensifs. Ce laps de temps permis à plusieurs individus armés de s’engouffrer dans la pièce.
À peine deux picosecondes plus tard, l’enfer se déchaîna dans la chambre.
Des tirs de laser percutèrent les murs, les transperçant par endroit. Les meubles volèrent en éclats pour certains et s’enflammèrent pour d’autres.
Malgré leurs aptitudes développées par leur long entraînement, les agents photoniques furent vite débordés par le nombre de leurs adversaires comme par le manque cruel de voie de repli."


Conteste :


Après le succès littéraire des deux premiers opus de la série de space-opera des Agents Photoniques (Attractions Galactiques & Dangers Galactiques), Fugitifs Galactiques est certainement le roman où ses héros sont le plus en danger de toute leur existence. Jugez-en par vous-même en parcourant ses pages...


Extrait :


[...] Kogard prit le pistolet laser en main et en appliqua le canon sur son front, entre les deux sourcils, à la racine du nez. Le cran de sûreté émit un déclic presque moqueur lorsqu’il l’enleva d’un mouvement du pouce gauche. L’homme ne croyait pas à la légende populaire relatant les récits de personnes ayant vu défiler leur vie au moment de leur mort. Depuis qu’il travaillait comme agent photonique pour le compte des S.I.D.É.R.I.T.E.S., il avait si souvent frôlé le trépas que de tels instants de flash-back l’auraient occupé durant des journées entières, voire plus encore. Néanmoins, à cet instant charnière de son existence où sa propre main tenait une arme pointée vers son crâne, Kogard ne put s’empêcher de jeter un bref coup d’œil sur son passé, en toute discrétion. Tout naturellement, sa première pensée concernait Lyrhya, sa coéquipière et amante. De toute sa vie aventureuse et mouvementée, il ne pensait pas avoir tenu aussi intensément à une femme. Si cela lui avait fait peur, au début de leur relation, désormais, cet amour représentait une sorte d’ancre le stabilisant dans son existence accidentée. Du moins, mentalement, puisque leur métier à tous deux ne cessait de les séparer en menaçant leur existence. Par la puissance de l’âme, Kogard savoura un instant leurs différents moments de complicité, leurs joies et leurs soirées à l’horizontale. Un véritable baume pour son âme meurtrie. Puis vinrent les autres souvenirs, ceux plus dérangeants et bien moins agréables. Les gens qu’il avait dû tuer, bon gré, mal gré. Autant de dommages collatéraux dictés par son métier hors du commun. La mort pour ses victimes du moment, la mémoire pour lui. Certes, bon nombre d’entre elles méritaient leur sort. Il y avait souvent eu légitime défense. Mais cela suffisait-il pour conserver une conscience tranquille ? Pas toujours ! Et le reste, tout le reste, les gens croisés, appréciés ou non ; les paysages magnifiques ou éprouvants pour les yeux comme pour le corps… Autant de photographies prises par l’esprit humain, presque en cachette, via l’inconscient. De quoi passer des heures à se souvenir, pour mieux s’extasier ou regretter… Une vie bien remplie peut-elle se résumer à quelques images et bribes d’existence au seuil de la mort ? Une interrogation intéressante ! Mais une question sans réponse. Du moins, pour l’instant présent et pour Kogard dont la main tenait toujours le canon d’une arme appuyé contre la peau de son crâne. Avait-il le choix ? Pouvait-il se dérober à son sort ? Une alternative existait-elle ? Tant de questionnements au moment d’actionner la détente n’était-ce pas, surtout, une puissante perte de temps ? Kogard se tenait au croisement d’un nœud du temps [...]

Avis des lecteurs :



Christian Perrot - 2017 - Tout droits réservés - Contact : contact.christianperrot@yahoo.fr